Obligation de vigilance : une opportunité pour disposer d’un référentiel fournisseur unique

L’obligation légale (obligation de vigilance) pour les entreprises de contrôler la conformité réglementaire de leurs prestataires de service dès que ceux-ci réalisent un chiffres d’affaire annuel supérieur à 5000 € HT nécessite qu’elles aient une vision globale de leur portefeuille fournisseurs y compris et surtout lorsque les référentiels fournisseurs sont multiples du fait de l’hétérogénéité des outils de gestion comptable existants.

Cette obligation de vigilance qui s’impose aux entreprises constitue pour les Directions achats une excellente opportunité pour mettre en place un référentiel fournisseur unique, et pour développer rapidement, progressivement, et à moindre coût un système d’information de gestion de la base fournisseurs.

Cette démarche peut conduire à terme, si l’entreprise a déjà investi ou anticipe l’acquisition d’une suite intégrée e-achats, à la mise en œuvre d’un module de SRM (Supplier Relationship Management) tel que le proposent la plupart des éditeurs du marché.

L’approche que nous présentons ici consiste à mettre en œuvre une première approche de SRM « light » dont l’objectif est de créer rapidement de la valeur pour une Direction achats, et de manière plus globale pour l’entreprise, dans la gestion de son portefeuille fournisseurs, ce qui constitue un point d’entrée indispensable pour la mise en œuvre des politiques achats, et en premier lieu pour la gestion des risques fournisseurs.

Alain Alleaume, fondateur du cabinet Altaris et enseignant à Kedge Business school, Essec, Dessma et Centrale Paris, nous présente ici les 6 étapes à mettre en oeuvre pour disposer d’un processus de gestion de la relation fournisseur.

>> Vous pouvez télécharger l’étude en cliquant ici

Sur le même sujet :

>> Attestation de vigilance : doublement des seuils pour les vérifications (22 avril 2015)

>> Détachement des salariés : obligations des donneurs d’ordre (02 avril 2015)

>> Travail dissimulé : quels documents demander à ses fournisseurs (09 mars 2015)

>> Travail dissimulé : quelle(s) liste(s) pour les salariés étrangers (10 avril 2014)

Commentaires

Vous pouvez suivre cette conversation en vous abonnant au flux des commentaires de cet article.

POSTER UN COMMENTAIRE

Vos informations
(Le nom est obligatoire. L'adresse email ne sera pas affichée avec le commentaire.)